Quatrième mur

by Intenable

/
1.
Pleure devant ces cartes postales sans valeur à tes yeux, Ces leurres que tu consommes comme tes sombres orgasmes, Vous serez plus rentables à deux. Et surtout devenez avares et ne partagez rien. Oubliez vos désirs, on créera vos besoins. Vous n’êtes rien. Admirez le feu d’artifices, la poudre dans vos yeux. Des instruments à jouir, visiteurs sans éloquence, N’espérez pas être mieux. Parce qu’il faut aimer son sort et que le monde nous appartient, Oubliez vos désirs, on créera vos besoins, Vous n’êtes rien.
2.
Élégie 02:53
Élégie pardonne moi, je regretterai jusqu’à la fin, Mais y a des choses qu’on garde en soi, tu sais bien. Un weekend à Londres, 17 ans de candeur, L’homme n’est pas si terrible, tu haïssais ceux qui vivent dans la peur. A 1000 bornes je riais, loin de toi j’exultais, Quand il a osé ses mains sur toi, est-il entré en toi ? Élégie pardonne moi, ta peine était plus grande que moi Même si je sais, les amis servent à ça. Tes lèvres ont tremblé, tes yeux clairs ont foncé, Lors de ta confidence, y a des blessures qu’on partage plus qu’on panse. Je t’ai pas pris dans mes bras, j’ai trouvé aucune phrase. Y a des réconforts qu’on trouve dans un geste, d’autres qu’on écrase. 10 années ont passé, t’as rencontré un ange, tes yeux redevenus clairs regardent un avenir simple et sans mensonges. 10 années ont passé, et on se voit moins, Et tu manques à mes bras, à mon avenir obscur et sans lendemain.
3.
27ème heure 02:42
Ce soir je dérive, Je marcherai dans ces rues trop pleines Que de jour je méprise, Comme une sale rengaine. Des quais de Valmy au pont de Pierre J’ renverserai les lumières sur l’eau Ce soir, la nuit est fière, Et je boirai avec elle. J’ reste là et je veux que ça dure encore. Tu ne trouves pas qu’on est bien mieux comme ça, Hors de son corps ? Ce soir je dérive, Sans dieu, personne autour de moi J’ fais des chœurs seul, mais libre, Sur « Partners in crime ». Ce soir je déserte Mon rassurant cercle amical. Je ferais tout pour me perdre Dans ce précieux dédale. J’ reste là et je veux que ça dure encore. Tu ne trouves pas qu’on est bien mieux comme ça; Hors de son corps, Hors de son sort ? Ce soir je dérive, Je marcherai dans ces rues pleines de gens Que de jour, je méprise Comme des pages trop blanches. Je dérive sur des mélodies tristes, Pour que le courant m’emporte, Et renforcé, j’ regagne la rive Des croix, tous, on en porte.
4.
Funambule 03:01
Le bonheur tient qu’à un fil, t’étais pas funambule Ou tu t’es trop regardé vivre sans prendre de recul. Spectateur de ta personne, tout n’est que battement de cil La vérité se profile, voilà que le glas résonne. Maintenant tu t’effaces, maintenant disparaissent tes moindres traces Maintenant je te revois me dire : « Je voudrais être immortel et puis mourir » Et toi fantôme un peu fantoche, tenu que par des fils, Vaporeux et docile, plus rien ne te semble proche. Pourtant le soleil existe encore derrière ce visage blême, En toi tout s’endort pour quelques chrysanthèmes. Et maintenant que tu fais face, maintenant j’aperçois tes nouvelles traces, Aujourd’hui tu peux me dire : « Je voudrais être immortel et puis mourir ».
5.
Il y pas de questions si on l'accepte, Il y a que des non-dits, dialogues sans trames, Enfant servile sous des préceptes, « Soit sage, poli et fais tes gammes ». Toi et lui ça faisait trois Des dessins cauchemardeux… Le regard qui fuit l'bonheur des uns, Que feraient les autres à côté d'eux ? Ta vie à l'ombre, sans une excuse Il serait trop long ton épigramme Trop tard pour t'confondre en « j'accuse » Certaine qu'en haut, çe serait bas-de-gamme. Quand tu fermeras les yeux, est-ce que tu le regarderas, est-ce tu le retrouveras lui et ses femmes ? Quand tu fermeras les yeux, est-ce que tu me reconnaitras ? Dans l’ignorance tu nous laisseras, moi et mes gammes ?
6.
Mauvais sang 02:59
J’écris avec du mauvais sang Et je retiens de force des chansons qui s’éloignent, En croyant remonter le temps Mais toujours plus bancal… Personne ne peut plus rien pour moi Sans attaches, sans fondations, sans une bonne résolution. Des vestiges tracés sur ma peau, J’ai construit plusieurs couples, cru en plusieurs fables, Mal recollé les morceaux, Mes lendemains et moi on chante faux. Je ne pense qu’à moi, je ferai pas un monde meilleur. Un pas(sant) sans laisser de trace, je ferai pas un monde meilleur.
7.
La pluie tombe sur vous 2 depuis des semaines, Dans vos desseins la couleurs part, Vos attentes sont devenues diluviennes, Vos certitudes se barrent. Vous vous aimiez face à face, vous endormez dos à dos, Vous apprivoiserez le temps qui passe, vous vous trouverez moins beaux. Mariez vos peines, divorcez vos espoirs Au moins jusqu’à la prochaine vie Ne baisez plus que dans le noir pour ne plus vous voir. Vous resterez sous le déluge quoi qu’il advienne, Trempés jusqu’à la prochaine vie. L’agonie à 2 n’est pas si vaine, la solitude, si… On se joue à pile ou face, on se protège ou on se fait face. Est-ce que tu m’aimerais encore, défiguré, alors ?
8.
On l’attrape comme un cancer, j’ai essayé de guérir pour toi Christine, Cure de sexe opposé, plus de fellation dans les églises. Pour nous t’es comme une mère dont le prénom rime avec « libertine », Quoiqu’un peu débauchée, j’aimerai pas t’avoir en repas de famille. Si la colère de dieu s’abat sur nous pour nos ébats, Dis-lui qu’on lui propose un plan à 3, Christine. Si ton intolérance s’abat sur nous dans tes débats, On t’enverra une VHS Christine. HS, Christine, alors... On partage le même destin, c’est en enfer que brulent les impies, On est toujours le déviant de quelqu’un, pourquoi tu pleures quand on s’enlace Christine ? Alors autant jouir au moins le temps qui nous reste à vivre. Ta gauloiserie féline… Tu seras l’icône de nos parties fines. Si nous sommes réunis ici, c’est parce qu’elle souffrait trop, Alors fêtons l’euthanasie de Christine.
9.
Encore une dernière retouche avant d’entrer en scène, Mais quand le rideau s’ouvre, nos mains se referment. Toutes ces répliques sans grâce qu’on dégueule chaque jour Perdus dans l’arène. Encore ces costumes fades et ces décors qui s’effondrent, Tous ces sièges désertés, ces mauvais poèmes. Entre dialogues de sourds et faux semblant On se dira qu’on s’aime, on se fera croire qu’on s’aime, qu’on partage Les mêmes drames, les mêmes emblèmes, La même manière d’exister sans être obscènes, Qu’on partage les mêmes peurs, Qu’on joue sur la même scène Juste pour pas être soi-même. Je t’ai vu seul(e), errer, sans personne. Sans plus de jugement sur toi. Tu jetais ton masque dans la Garonne Trop lourd à porter parfois.
10.
Interlude 01:06
11.
Accélère encore, pourvu que le spleen disparaisse alors. Toi et moi ensemble, la drogue dans nos corps, ce ravin si large. On choisira notre sort, ce ciel plein d’étoiles ou prendre de l’âge. Allez réveille-toi, le soleil frappe nos vitres, Faut que tu rentres chez toi, dernier jour à survivre. Ce soir on recommencera, ce soir on y arrivera, Ce soir on se sauvera, on évitera le pire. Accélère encore, méprisons-les et jure-moi alors, Qu’on sera pas comme eux, raisonnables et forts, convenables et morts. Et même si on a tort, ce soir on aura vu le seul trésor. Demain tu te réveilleras pas, la nuit caresse nos vitres, Je te ramènerai pas chez toi, plus besoin de survivre. Ce soir on s’est sauvé, on a évité le pire.
12.
♡ ≥ € 02:25
Pardonne mon irrévérence, je suis comme toi, tout m’inspire. Avec toi j’ai aucune chance et avec moi c’est pour le pire. J’ai pas de talent comme toi, je fais pas de clins d’œil aux nuages. Je suis plutôt la France d’en bas qui galère au septième étage. J’avais décidé de me prendre en main, étudier pour m’en sortir, Je devais y laisser un bras et j’en avais besoin pour t’écrire. Je porte pas de talons comme toi, j’atteindrai jamais les nuages, Et mon logement social ne fera pas la première page. Je tomberais bien amoureux de toi mais j’ai pas les moyens, Encore que depuis mon H.L.M., la tour Eiffel, on la voit bien. 10 ans que je t’attends sur le seuil de pauvreté, A l'abri du beau temps, tu sais qu’on est plusieurs milliers. Je te tire une révérence à moins que j'en fasse trop ? Mais tu es toutes mes espérances de plus penser au dernier métro.
13.
Grand soir 02:46
Ce soir, c’est grand soir je suis venu percer vos cœurs Au sens propre évidemment, applaudissez votre heure. Dans cette salle de spectacle, appréciez le final, On dansera pas ensemble alors, crevons ensemble. (Mais) j’ai rien contre toi, on aurait même pu s’entendre. Pour nous deux j’ai fait le choix, de la religion et de la cendre. J’atteste pour toi que ce monde est vulgaire, Alors que cette ceinture transforme en éclair Nos corps comme des paillettes pour la fin du concert, Aujourd’hui c’est jour de fête alors, nous ferons tout pour Lui plaire.
14.
Portefaix 03:08
J’avais des Flashbacks, Des souvenirs affreux, Des cauchemars étouffés dans mon rétroviseur. J’étais une arnaque Aux lendemains piteux J’étais vil, j’étais pingre, j’avais peur. Au futur antérieur, J’ai bravé tourmente, Tout a perdu sa valeur, Plus rien ne me contente. J’étais insomniaque à m’en crever les yeux, La moiteur de mes nuits aggravait mes erreurs. J’ai vidé mon sac Sur mon karma douteux C’était pire, j’étais dingue, j’avais tort.
15.
Sans objet 03:26
J’ai fait le deuil, je somatise moins quand je m’endors chaque soir dans mon cercueil. Tes portes qui claquent, l’insolence dans tes grands yeux noir, ne remplissent aucune feuille. Rappelle-toi, j’ai jamais aimé personne, alors pourquoi j’aurais mal de toi ? J’ai jamais aimé personne. Encore un jour comme un autre, mon indécence sans ta pudeur, le bruit des gens ne change pas. Je ferai pas comme toi, je n’inscrirai jamais la lettre a sur mon bras.

credits

released January 21, 2017

Album enregistré par Plume (ondulophile@gmail.com, Toulouse) & Romain (Rec'n roll studio, recnrollstudio33@gmail.com, Bordeaux), mixé par Mathieu Zuzek (mathieu.zuzek@gmail.com, Toulouse) et masterisé par Sébastien Bedrunes (Empty Fields Room, sebastien.bedrunes@gmail.com, Orléans).

license

all rights reserved

tags

about

Deux Pieds Deux Dents Poitiers, France

Label DIY PunkRock / HxC - Label / Distro / Concerts

contact / help

Contact Deux Pieds Deux Dents

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like Quatrième mur, you may also like: