Drosera

by Jarod

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.
    Purchasable with gift card

      name your price

     

1.
L'emprise 03:37
L’humanité a ce quelque chose de malsain, ce besoin fréquent d’une emprise néfaste sur l’autre. On nous le martèle en tout lieu, dans une fausse bienveillance qui nous fait perdre la raison : école, travail, loisirs… Jusque dans les lieux dits d’engagement, tout est possible pour arriver à ses fins. Même détruire. Il est difficile d’avoir conscience, soi-même, de créer ou d’être sous l’emprise de quelqu’un, de quelques uns, de quelque chose. Laissons les heures brûlées Laissons les pleurs volés L’inconscience, l’errance Laissons les heures brûlées Laissons leurs pleurs volés Pleines de souffrance, d’errance Laissons les heures brûler Laissons leurs pleurs brûler Souffrance, rance.
2.
Dans le regard de celui qui séduit, l’autre se sent vivant, important. Par cet acte de fascination il attire sa proie, montre tout son amour. Et cache au fond de ses yeux la ferveur de l’emprise. La joie de la plénitude : qu’y a t-il de plus beau que de se sentir exister ? S’appuyant sur sa force si féconde, la peur se détourne et s’oublie. Voulant continuer de dépasser les limites de ce monde, on se heurte à une haine puissante, inconsciente. À se construire avec l’autre, on finit par y être enchaîné, on se heurte à une haine puissante, inconsciente. Fuir, sortir, se retrouver, s’échapper, sans se sentir coupable, se sentir capable, réexister, revivre. Retrouver le corps qui nous a été pris, redécouvrir ses propres émotions, ses émois. Reprendre le contrôle de nos maux. S’ouvrir au monde, grâce aux autres. Se rendre compte que c’est impossible : il a pris en main toutes les issues. Fuir là où il n’a pas d’emprise. On se heurte à une haine puissante à se construire avec l’autre. On se heurte à une haine puissante, inconsciente.
3.
Le mépris 04:13
J’ai jugé à m’en trahir, à trahir ce que je pensais bon. L’autre, par sa capacité à faire sens, il ne pouvait qu’aimer. Mais on me disait de me cacher, de fuir ceux qui pouvaient me blesser, comme si cette existence leur était vouée et qu’ils étaient la preuve que l’humanité était perdue. Alors je les haïssait sans les connaître, sans leur parler. Jute pour ce qu’ils étaient et ce qu’on pouvait en deviner. Dans le flou de l’instant, j’étais perdue. J’ai appris à les haïr mais mon cœur, lui, me disait que rien ne m’empêchait de les écouter. J’ai cherché des réponses, des causes à cette violence, à mieux comprendre, à m’écouter. J’ai brisé la parole habituelle, questionné, tourmenté, creusé, dénoncé. J’ai laissé la parole s’essouffler, creusé les raisons. Ne plus y croire. Ne plus y croire. Pris conscience de mes erreurs, la violence de leurs images. Aveuglée. La violence du mépris, perdue dans les tourments de la différence. Aveuglée par la peine, j’ai jugé à m’en trahir, ne plus y croire. Aveuglée par la peine, j’ai laissé paraître.
4.
L'éveil 03:42
Sans nous juger, « Inexister », Mis à l’écart Sans égal. J’ai toujours cru être en dehors de ces vies, de ces rêves, de ces rouages, comme d’un autre monde. Nos quotidiens ne se ressemblent pas, nos évasions ne se s’essoufflent pas, nous avons l’impression d’être seuls, incompris, jugés, dénigrés. Comme une fourmilière prête à être écrasée. À l’écart comme pour ne pas nous voir. Mais mes rêves sont les vôtre, il sont humains, généreux, sensibles. Comme une fourmilière prête à être écrasée. À l’écart comme pour ne pas nous voir. Vous pensiez que ce monde n’était pas fait pour moi, que je ne le comprendrai pas, vous avez créé des codes, des mœurs, vous avez fait l’éloge d’un savoir en dénigrant les nôtres. Vous vouliez ruiner tout espoir et régner en maîtres. Mais nous prenons les failles, nous renversons vos cadres. Échangeons nos savoirs populaires. Nous prenons une autre hauteur : celle de l’âme. Et nous vivons, nous vibrons. Car notre force, c’est la beauté de nos âmes : inépuisables, précieuses, sans failles. La beauté de nos âmes.

about

Drosera.

Cette plante, à l’allure joyeuse et que l’on perçoit couverte de petites gouttelettes de rosée, piège sa proie délicatement jusqu’à l’asphyxie. Le processus digestif se met en place délicatement, en douceur, à coups de composés cyanogènes.

J’ai croisé et connu des droséras qui n’avait pas conscience de ce qu’elles étaient elles-mêmes. Elles n’avaient pas conscience du processus qu’elles engendraient mais j’en étais pourtant la proie : asphyxiée, anéantie à petit feu.

Je pense que nos sociétés actuelles sont remplies de droséras. Elles ont toutes leur place et de nombreuses sphères de la société nous amènent en le devenir.
L’emprise. On nous apprend à parvenir à nos fins en utilisant les autres. L’ambition. Peu importe si on écrase au rouleau compresseur des vies sur notre passage.
Le management moderne arrive même à traiter la bienveillance comme un outil de manipulation. Prends soin de tes exploités, offre leur des chocolats et ils te mangeront dans la main. Nous mangeons dans la main de tonne de droséras. Engluée toujours plus, et notre agitation les épanouit et les stimule.

J’ai toujours été passionnée par les questions de déterminisme, de reproduction sociale et de construction culturelle individuelle. Notre environnement a une influence énorme sur ce que nous sommes. Notre liberté d’être et d’agir y est directement liée. Je pense qu’il est essentiel de comprendre ces mécanismes pour s’approcher d’une réelle liberté. Comprendre qui nous sommes et pourquoi nous sommes comme ça.

Enfin, je pense que les processus d’emprise utilisés par un individu sur un autre sont sensiblement les mêmes que ceux utilisés pour de la manipulation de masse. J’en suis intimement persuadée et cela me questionne. Cet EP est le croisement de ces différents axes. Comment, en analysant ce qui m’a construit et surtout les moments où j’ai été la proie, je peux mieux comprendre et anticiper les processus de manipulation qui m’entoure ? Et enfin, comment agir quand je vois d’autres personnes subir ?


Ces textes sont des traces de périodes de questionnements, une manière de mieux comprendre mais aussi de partager.
Si ces questionnements vous parlent, n’hésitez pas à venir en discuter après les concerts, par mail, par courrier. Mais aussi à prendre le temps de vous questionner sur ce que vous êtes, vous, vraiment.

Mélanie.

credits

released March 23, 2018

Enregistré et mixé par Guillaume - Swan Sound Studio - swansoundstudio.com
Masterisé par Will - Dead Air Studios - deadairstudios.com
Dessin de Maxime Foulon - www.maximefoulon.com
Layout par Kévin - K.A Graphism - www.facebook.com/KAgraphism/

license

all rights reserved

tags

about

Deux Pieds Deux Dents Poitiers, France

Label DIY PunkRock / HxC - Label / Distro / Concerts

contact / help

Contact Deux Pieds Deux Dents

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like Drosera, you may also like: